03. El Tornado

Si vous n’avez pas remarqué notre tornade colombienne, vous n’avez pas mis les pieds au Centre Bon Courage depuis longtemps. Sheyla Mosquera a commencé comme stagiaire dans le cadre de ses études universitaires à l’UQAM. La recrue de 33 ans fait désormais partie de la belle équipe du centre comme coordonatrice du volet famille.

La passion de Sheyla, c’est l’être humain. D’où ses études en psychologie sociale. Elle s’est orientée vers le Centre Bon Courage comme milieu de stage puisque ce dernier représente tout ce qu’elle attend d’un organisme communautaire. En effet, les valeurs du Centre rejoignent les siennes.

Selon la nouvelle employée, Place Benoît n’est pas un endroit défavorisé, c’est un lieu de transition. Ici, les gens s’épanouissent et évoluent. Dans ses mots : « J’aime la vie. Même  quand ça ne va pas, il y a toujours une lumière. Il y a toujours un espoir. Il ne faut jamais baisser les bras.» Voici pourquoi elle est parmi nous. Sa vocation est d’aider ceux et celles qui sont dans le besoin. Comme elle le mentionne souvent, il y a beaucoup de gens à aider et tant de choses à accomplir. « Bon Courage est un endroit qui fait grandir, autant les gens que l’on aide que nous-mêmes. C’est cela que j’aime ici » dit-elle.

Qu’est-ce qu’un travail de rêve? Le sien! Sa place au sein du Centre correspond à un idéal professionnel. Acceptée au doctorat en psychologie clinique, elle décide de poursuivre son cheminement au Centre. Les études peuvent attendre, elle retrouve dans son travail actuel tout l’épanouissement personnel et professionnel qu’elle désire.

Son souhait le plus cher, c’est que tout un chacun aime l’être humain comme elle l’aime. Cette aspiration préconise la tolérance et la capacité de vivre ensemble. Quelle situation est insupportable selon Sheyla? Voir quelqu’un souffrir. L’impuissance qu’elle ressent est insoutenable.

Comment retrouve-t-elle sa joie de vivre malgré tout? Simplement en mangeant du chocolat en plein milieu de la nuit! Et de préférence celui de ses enfants. C’est un secret, bien entendu…

Québécoise depuis cinq ans, Sheyla quitte la Colombie afin d’améliorer sa qualité de vie. Elle connait donc très bien le processus d’immigration. Ce phénomène fait partie de la réalité des résidents de Place Benoît. Les immigrants récents et les réfugiés ont des besoins précis à combler. Recommencer sa vie à zéro n’est pas une mince affaire. L’employée le sait très bien. Puisqu’elle l’a vécu, elle comprend les obstacles qui se dressent sur le chemin de l’intégration. Son expérience et sa compréhension sont mises à contribution au profit des nouveaux arrivants. C’est une roue qui tourne, elle fournit le soutien dont elle a elle-même bénéficié auparavant.

La jeune femme s’ennuie beaucoup de sa Colombie natale. « Je m’ennuie des mangues, des melons d’eau et des prunes!» Vous l’avez deviné, Sheyla est tout sauf prévisible. Le sourire aux lèvres, elle explique que les fruits de sa patrie sont irremplaçables.

Qu’est-ce qui la rend heureuse? Ses enfants. Trois fois maman, la vie de tous les jours n’est pas de tout repos. Jumeler la vie familiale et professionnelle suppose un sens de l’organisation infaillible. Notre tornade, parfois épuisée ne perd jamais de sa force. Toujours en riant, elle raconte les petits pépins qui parsèment sa vie, et reprend sa course.

Carmelle Matte Mc Neil

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s